Penser et mettre en oeuvre la transition écologique : les sciences, les arts et la littérature à la rescousse

Logo ecnPenser et mettre en oeuvre la transition écologique : les sciences, les arts et la littérature à la rescousse, un cours de l’Ecole Centrale de Nantes

logo-eso

logo IRSTV

Responsable du cours : Géraldine MOLINA, chercheuse CNRS à ESO Nantes (UMR 6590) et à l’IRSTV (FR CNRS 2488), docteur en géographie et urbanisme, aménagement de l’espace. Cours délivré dans le cadre des enseignements SHS, responsable Frédéric Dorel, département CLE, ECN.

 

Descriptif de l’enseignement

Les sociétés contemporaines sont confrontées actuellement à une crise environnementale d’une ampleur inédite aux manifestations multiples (raréfaction des ressources, changements climatiques, augmentation du coût de l’énergie, dégradation des écosystèmes, de la qualité de l’air et de la qualité environnementale, réduction de la biodiversité…). Cette crise environnementale se conjugue à une crise sociale et économique mondiale. Une sortie de crise implique de repenser en profondeur les modèles d’action, de production, de gestion et les modes de vie pour préserver et améliorer la qualité de l’environnement dont la survie et le bien-être des sociétés dépend intrinsèquement. Les ingénieurs de ces prochaines années devront composer avec ces enjeux et trouver des moyens d’y répondre.

Aussi, cet électif propose de penser cette transition vers de nouveaux modèles d’une manière à la fois réaliste, critique, constructive et pragmatique pour répondre aux défis contemporains environnementaux, sociaux et techniques.

1/ Nous reviendrons ensemble sur les grands penseurs et les précurseurs de la transition écologique (Jacques Ellul, Hans Jonas, Rob Hopkins, Serge Latouche, etc.) à connaître.

2/ Les séances de cet électif auront également pour objectif de faire connaître et d’analyser les concepts et notions clés de la transition écologique (environnement, vulnérabilité, résilience, adaptation, décroissance, qualité environnementale, savoirs d’usages, modes d’habiter, cycle de vie, dépendance au sentier, résistance et conduite du changement, obsolescence programmée, économie d’énergie, économie grise, permaculture, économie circulaire, trajectoire d’une solution technique…).

3/ Au-delà de l’acquisition de ces connaissances, il s’agira d’analyser et de construire des savoir-faire dans une perspective pragmatique en s’appuyant sur les retours d’expériences d’acteurs engagés dans les démarches. Quels freins, quels leviers et quelles ressources nous permettent de penser l’observation de ces situations de travail concrètes pour construire des projets et solutions de réponse aux enjeux de la transition écologique ?

Pour penser le rôle de l’ingénieur et lui permettre de construire des compétences robustes et d’envisager efficacement ses capacités de réflexion et d’action par rapport à ces enjeux, cet enseignement s’inscrit dans une perspective interdisciplinaire. Une ouverture des sciences de l’ingénieur sera proposée vers les sciences de l’environnement, les sciences de l’univers, les sciences sociales (histoire, sociologie, psychologie environnementale…). Cette interdisciplinarité permettra à l’ingénieur d’envisager son action future de manière systémique en analysant les interactions entre les phénomènes physiques, les considérations techniques, les dynamiques sociales tels que l’adaptation aux usages des habitants et citoyens) et les répercussions environnementales. Une ouverture culturelle permettra également d’enrichir ces connaissances et savoir-faire. Les arts tels bandes-dessinées, le cinéma et littérature seront donc également mobilisés pour penser d’une manière plurielle les grands enjeux contemporains de la transition écologique.

Géraldine Molina, pour l’année 2017-2018

Année 2017-2018 : 52 élèves de l’École Centrale de Nantes pour cet électif.

 

Publicités

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑